Publications sur la main-d’oeuvre

Note de l’emploi – Avril 2024

Focus sur les répercussions du ralentissement économique sur le marché du travail chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans.

Note de l’emploi – Mars 2024

Les Québécoises ont réalisé des progrès énormes en ce qui a trait à leur intégration au marché de l’emploi.

Regard sur les postes vacants : Recul des postes vacants – des postes comblés ou effacés?

Le recul des postes vacants s’explique en partie par l’arrivée de nombreux immigrants temporaires qui a fait accroître le nombre de travailleurs disponibles au Québec.

Note de l’emploi – Février 2024

Les Québécoises ont réalisé des progrès énormes en ce qui a trait à leur intégration au marché de l’emploi.

L’impact des immigrants temporaires sur le marché de l’emploi au Québec

Nous avons analysé le parcours des étudiants étrangers (qui représentent près de la moitié des résidents temporaires au Québec), de leur acceptation par un établissement d’enseignement québécois à l’admission à la résidence permanente pour certains, et identifié de nombreuses incohérences dans les politiques et les programmes les encadrant.

Note de l’emploi – Janvier 2024

Plus d’emplois dans le secteur public : y-a-t-il de quoi s’inquiéter?

Bilan 2023 de l’emploi au Québec

L’année 2023 : moins de pénuries sur le marché de l’emploi

Un bassin de travailleurs qui augmente… grâce aux immigrants temporaires

La population active québécoise augmente avec l’arrivée de résidents temporaires 

En décembre dernier, Statistique Canada révélait que le nombre d’immigrants temporaires avait atteint 528 000 au Québec au 1er octobre 2023. Ce bond démographique n’est pas sans impact sur le marché du travail québécois. 

S’ils ne viennent pas tous pour travailler au Québec – le chiffre inclus notamment des étudiants, des familles accompagnants des travailleurs, des demandeurs d’asile – l’EPA révèle une hausse importante du bassin des travailleurs et des chercheurs d’emploi détenteurs d’un statut temporaire. Cette part de la population active a été multiplié par 4,73 entre 2016 et 2023. Ça peut être des personnes venues spécialement pour travailler (programme des travailleurs temporaires et autres permis de travail), qui travaillent pendant leurs études ou encore qui ont obtenus le droit de travailler en attendant que les autorités statuent sur leur demande de refuge. 

Regard sur les postes vacants : le reflet d’une économie en ralentissement

Au Québec, entre le second et le troisième trimestre de 2023, le nombre de postes vacants a diminué de 25 430 pour atteindre 165 430. Ceci est cohérent avec la stagnation de l’économie québécoise qui est observée depuis quelques mois.

Emploi dans la santé et l’éducation : deux dynamiques bien différentes

Note d’analyse Emploi dans la santé et l’éducation : deux dynamiques bien différentes   Un marché du travail moins tendu, mais des défis pour la santé et l’enseignement Des signes de relâchement du marché du travail québécois sont manifestes avec […]

Regard sur les postes vacants : vers un atterrissage en douceur?

Le nombre de postes vacants diminue pour un 2e trimestre consécutif mais les chômeurs ne suffisent toujours pas à combler tous les postes vacants.

Pistes de réflexion pour une politique d’immigration cohérente : mémoire présenté dans le cadre de la planification de l’immigration au Québec pour la période 2024-2027

Nous avons analysé le parcours des étudiants étrangers (qui représentent près de la moitié des résidents temporaires au Québec), de leur acceptation par un établissement d’enseignement québécois à l’admission à la résidence permanente pour certains, et identifié de nombreuses incohérences dans les politiques et les programmes les encadrant.

Regard sur les postes vacants : la baisse récente des postes vacants n’indique pas forcément un ralentissement économique

Le nombre de postes vacants diminue pour un 2e trimestre consécutif mais les chômeurs ne suffisent toujours pas à combler tous les postes vacants.

Portrait de l’immigration temporaire: Attraction et rétention des étudiants étrangers au Québec

Nous avons analysé le parcours des étudiants étrangers (qui représentent près de la moitié des résidents temporaires au Québec), de leur acceptation par un établissement d’enseignement québécois à l’admission à la résidence permanente pour certains, et identifié de nombreuses incohérences dans les politiques et les programmes les encadrant.

Regard sur les postes vacants : Moins de postes vacants mais plus difficiles à pourvoir

Le nombre de postes vacants diminue pour un 2e trimestre consécutif mais les chômeurs ne suffisent toujours pas à combler tous les postes vacants.

Bilan 2022 de l’emploi au Québec

Cette édition du Bilan de l’emploi met en évidence des transformations en profondeur du marché du travail québécois. Afin de porter un regard judicieux sur une nouvelle réalité, l’IDQ propose une attention particulière aux déséquilibres du marché de l’emploi et à leurs facteurs déterminants.

Regard sur les postes vacants : Pause dans la croissance mais certains postes demeurent difficiles à combler

Après avoir augmenté de façon quasi ininterrompue depuis le 2e trimestre de 2015 (date à laquelle les premières données comparables ont été publiées), le nombre de postes vacants a finalement décliné entre le deuxième et le troisième trimestre de 2022 en passant de 249 015 à 232 430.

Allonger les carrières : défis et opportunités pour pallier les pénuries de main-d’œuvre

Retenir un peu plus longtemps les Québécois qui approchent la retraite et faire revenir ceux qui ont déjà fait le saut : voilà certaines des pistes de solution mises de l’avant par les entreprises et les gouvernements pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre qui sévissent un peu partout au Québec. Mais tout comme l’immigration ou l’automatisation, le recours aux travailleurs plus âgés n’est pas une solution magique. Afin de traverser la prochaine décennie, qui comptera plus de départs à la retraite que de jeunes entamant leur carrière, c’est une multitude de mesures qu’il faudra mettre en place. Et pour qu’elles soient efficaces, il est essentiel d’évaluer correctement le potentiel de chacune et d’identifier les défis à sa mise en œuvre.

Regard sur les postes vacants : les secteurs durement touchés augmentent davantage les salaires horaires offerts

Le nombre de postes vacants a légèrement augmenté entre le quatrième trimestre de 2021 (241 195 postes) et le premier trimestre de 2022 (245 470 postes).

Regard sur les postes vacants: la croissance ralentit, les salaires ne suivent pas la hausse du coût de la vie

Le nombre de postes vacants a légèrement augmenté entre le quatrième trimestre de 2021 (241 195 postes) et le premier trimestre de 2022 (245 470 postes).

Portrait de l’immigration au Québec : L’intégration économique à la hausse… mais les besoins aussi

En raison des récents développements du marché du travail et des changements apportés à certaines approches de la politique d’immigration, cette note de recherche vise à brosser un portrait plus à jour de l’immigration et à formuler des recommandations afin d’améliorer les stratégies d’attraction, d’intégration et de rétention des immigrants au Québec.

Écarts de revenus au Québec

Les écarts de revenus entre les hommes et les femmes qui ont un parcours similaire et qui travaillent à temps plein, s’élèvent en moyenne à 9 % et ce, dès la première année suivant l’obtention de leur diplôme postsecondaire

Regard sur les postes vacants: un marché du travail en pleine transformation

Le nombre de postes vacants n’a presque pas augmenté entre le troisième (238 050) et le quatrième (238 140) trimestre de 2021.

Bilan 2021 de l’emploi au Québec

Notre analyse démontre que le marché du travail québécois s’est presqu’entièrement remis des dommages causés par les premières vagues de la pandémie. Mais la crise sanitaire a tout de même exacerbé certaines faiblesses et fait ressortir de nouveaux défis.

Manque de main-d’œuvre: six secteurs durement frappés

Entre le troisième trimestre de 2019 et le troisième trimestre de 2021, six secteurs sont responsables de près de 80% de la croissance des postes vacants. Cependant les dynamiques à l’œuvre sont de deux types : alors que certains secteurs ne parviennent pas à attirer assez de travailleurs pour retrouver le niveau d’emploi d’avant la pandémie, d’autres ont largement dépassé ce niveau mais sont quand même aux prises avec une hausse importante des postes à pourvoir.

Un mois record: un creux pour le chômage, un sommet pour l’emploi

Le taux d’emploi (86,1 %) tout comme le taux d’activité (90,1 %) des travailleurs du principal groupe d’âge (25 à 54 ans) atteignent des records en octobre 2021.

Rareté de main-d’œuvre au Québec: Plan d’action pour transformer les déséquilibres en opportunité

Pour l’Institut du Québec (IDQ), qui a publié de nombreuses études sur ces enjeux et poursuit ses travaux sur cette problématique, cette orientation constitue une très bonne nouvelle. Par ces interventions, le gouvernement du Québec s’attaquera à un enjeu majeur pour l’économie et la société. En vue de la mise à jour économique qui viendra préciser les pistes d’intervention évoquées dans le discours inaugural et dont le dépôt est prévu pour le 25 novembre prochain.

Les 25 à 54 ans alimentent la croissance de l’emploi

Le taux d’emploi (86,1 %) tout comme le taux d’activité (90,1 %) des travailleurs du principal groupe d’âge (25 à 54 ans) atteignent des records en octobre 2021.

Combien gagnent au juste les travailleurs québécois? Le point sur les salaires au Québec et en Ontario

Combien gagnent les Québécois? Quel est le véritable portrait de la situation? Comment se compare véritablement le Québec avec l’Ontario? Quels sont les écarts salariaux entre les deux provinces?

Marché du travail au Québec: Participation des femmes de 25 à 54 ans à un sommet historique

En septembre 2021, le taux d’activité des femmes de 25 à 54 ans a atteint son plus haut sommet (87,7 %) depuis que Statistique Canada compile les données, soit 1976.

Le bond des postes vacants au Québec montre que la pénurie de main d’œuvre s’accentue, particulièrement en santé

Au deuxième trimestre de 2021, le nombre de postes vacants s’est élevé à

LA VISION ÉCONOMIQUE DES PRINCIPAUX PARTIS POLITIQUES N’EST PAS ADAPTÉE AUX DÉFIS DE NOTRE ÉPOQUE

La campagne électorale en cours représentait une occasion en or pour les différents partis de proposer une nouvelle façon pour les gouvernements de soutenir notre économie, de concevoir le développement et leurs politiques de main d’œuvre.

Marché du travail au Québec: La participation s’essouffle malgré des besoins à combler

• Malgré des progrès notables au chapitre du taux chômage, qui a reculé de 0,3 point de pourcentage pour s’établir à son niveau le plus faible enregistré depuis le début de la pandémie (5,8 %), l’emploi déçoit avec un léger recul de 11 000 emplois

Marché du travail au Québec: Davantage d’opportunités, mais le chômage de longue durée demeure élevé

Des signaux encourageants : le taux de sous-utilisation de la main-d’œuvre diminue de 1,2 point de pourcentage en juillet 2021 pour atteindre 12 %. Il s’agit du plus faible taux depuis le début de la pandémie.

Marché du travail au Québec: Les jeunes retournent au travail

Il y a 63 300 personnes de plus dans la population active, notamment grâce au retour des jeunes (+39 000) et des femmes (+29 900).

Augmentation du nombre de postes vacants et de chômeurs, un déséquilibre temporaire ou permanent?

Plus de postes vacants, plus de chômeurs. Au premier trimestre de 2021, le nombre de postes vacants s’est élevé à 146 865

Marché du travail au Québec: la situation de l’emploi est stable en mai

Selon les dernières données de l’Enquête sur la population active, la situation de l’emploi est stable en mai 2021

Formation et mobilité de la main-d’œuvre : le Québec prêt pour l’avenir?

La crise sanitaire a non seulement créé de nouveaux bassins de chômeurs et poussé de nombreuses personnes vers l’inactivité, mais elle a aussi exacerbé les besoins de main-d’œuvre dans certaines industries

Marché du travail au Québec: Les femmes écopent en avril

Les femmes sont plus touchées par les restrictions depuis le début de 2021. C’est surtout le cas en avril alors qu’elles enregistrent une perte de 19 000 emplois (+5 700 emplois chez les hommes).

Marché du travail au Québec: la situation se stabilise

Un an après le début de la pandémie, le Québec fait preuve de résilience avec une baisse limitée de l’emploi chez le principal groupe de travailleurs (les 25-54 ans)

Marché du travail au Québec : Un taux de postes vacants record…malgré la pandémie!

Un taux de postes vacants record…malgré la pandémie!

Marché du travail au Québec: un an après entre résilience et fragilité

Un an après le début de la pandémie, le Québec fait preuve de résilience avec une baisse limitée de l’emploi chez le principal groupe de travailleurs (les 25-54 ans)

Marché du travail au Québec : éclairage sur l’emploi et les postes vacants en décembre 2020

Malgré une légère accalmie, le marché du travail québécois présentait en décembre 2020 un nombre élevé de postes à pourvoir. La demande de main-d’oeuvre demeurait élevée dans plusieurs secteurs clés de l’économie en dépit de la deuxième vague. C’est ce qui ressort des plus récentes données publiées par Statistique Canada sur les postes vacants pour le mois de décembre 2020.

Bilan 2020 de l’emploi au Québec – ce qu’il faut savoir pour préparer 2021

Alors que la pandémie de la COVID-19 frappait la province et qu’une grande partie de l’économie était mise sur pause, les pertes d’emplois colossales survenues en avril ont fait craindre le pire. Heureusement, l’assouplissement des contraintes sanitaires entre mai et septembre et des restrictions de santé publique moins strictes d’octobre à décembre 2020 auront favorisé une importante récupération des emplois perdus. Si bien que le nombre d’emplois au Québec en décembre 2020 avait atteint 97 % du niveau observé en décembre 2019, soit avant la pandémie.

Marché du travail au Québec : les fermetures des commerces non essentiels freinent la progression de l’emploi

En janvier 2021, le Québec a perdu 97 900 emplois pour atteindre 94,2 % du niveau d’emploi prépandémie (février 2020). La fermeture des commerces non essentiels décrétée par le gouvernement du Québec dès le 25 décembre est en grande partie responsable de ces pertes d’emplois.

Marché du travail au Québec : des signaux inquiétants

En décembre 2020, le Québec a perdu 16 800 emplois pour atteindre 97,1 % du niveau d’emploi enregistré en février dernier. Le mois précédent, le Québec avait enregistré un gain d’emplois du même ordre de grandeur (15 700), ce qui nuance le portrait.

Les travailleurs du principal groupe d’âge (25-54 ans) continuent d’être en bonne position avec un taux d’activité stable et un taux de chômage à la baisse. Cependant, plusieurs indicateurs restent inquiétants.

Marché du travail au Québec : éclairage sur l’emploi et les postes vacants en octobre 2020

Malgré la pandémie qui sévissait toujours, le marché du travail québécois présentait en octobre 2020 un nombre historiquement élevé de postes à pourvoir. La demande de main-d’oeuvre demeurait élevée dans plusieurs secteurs clés de l’économie en dépit de la deuxième vague. C’est ce qui ressort des plus récentes données publiées par Statistique Canada sur les postes vacants pour le mois d’octobre 2020.

Marché du travail au Québec : entre rétablissement et appréhension

Amorcée depuis la levée du premier confinement en juin dernier, la relance de l’emploi au Québec a toutefois ralenti depuis quelques mois. Les restrictions sanitaires mises en place en octobre ont été maintenues, et dans certains cas renforcés, atténuant ainsi la reprise observée au cours de l’été. Néanmoins, avec une création nette de 15 700 emplois, presque en totalité à temps plein, le Québec a récupéré près de 97,5 % du niveau d’emploi enregistré en février dernier.

Marché du travail au Québec : les jeunes durement affectés par la crise

Alors qu’avant la pandémie les jeunes de 15 à 24 ans étaient plus que jamais sollicités par les employeurs pour intégrer le marché du travail, ce groupe d’âge s’avère actuellement le plus durement touché par la crise. Les données à ce chapitre sont sans équivoque : bien que les 15-24 ans ne représentent que 13 % des travailleurs du Québec, ce groupe populationnel a subi plus de la moitié (53,6 %) des pertes d’emplois survenues au Québec entre octobre 2019 et octobre 2020. Préoccupante, cette situation –et les écarts constatés avec les autres groupes d’âge– s’avèrent toutefois similaires en Ontario.

Marché du travail québécois : les effets du deuxième confinement se font sentir

Après cinq mois positifs, la reprise de l’emploi au Québec s’est stabilisée globalement. Une création d’emplois dans plusieurs secteurs a été annulée par la perte de près de 42 000 emplois dans le secteur d’hébergement et de la restauration.