Marché du travail au Québec : Éclairage sur l’emploi et les postes vacants en octobre 2020

Malgré la pandémie qui sévissait toujours, le marché du travail québécois présentait en octobre 2020 un nombre historiquement élevé de postes à pourvoir. La demande de main-d’oeuvre demeurait élevée dans plusieurs secteurs clés de l’économie en dépit de la deuxième vague. C’est ce qui ressort des plus récentes données publiées par Statistique Canada sur les postes vacants pour le mois d’octobre 2020.

Document complet (PDF)

• Avec 145 000 postes à combler, le Québec comptait 4 postes à pourvoir pour 100 emplois occupés sur le marché du travail. Ce taux de postes vacants (4 %) est le deuxième plus élevé de toutes les provinces canadiennes, la Colombie-Britannique étant à 4,2 %.

• Quelques industries se démarquent à l’échelle canadienne. Le commerce de détail, les services d’hébergement et restauration, la construction et les soins de santé et l’assistance sociale ont des taux de postes vacants élevés. À l’inverse, le taux de postes vacants est faible pour l’industrie des arts, spectacles et loisirs, conséquence des restrictions sanitaires en vigueur à l’échelle canadienne.

• Pour 100 postes vacants, 220 chômeurs étaient à la recherche d’un emploi en octobre 2020 (données non désaisonnalisées). Ce taux (2,2 %) est en hausse par rapport à ce qui a été observé en moyenne en 2019 (1,8 %). Historiquement, le nombre de chômeurs par rapport aux postes à combler est relativement faible.

• Les emplois salariés payés à l’heure sont en recul de façon plus importante que les emplois à salaire fixe. Finalement, le nombre de prestataires de l’assurance-emploi est en forte hausse en octobre 2020, après une baisse soutenue depuis le mois d’avril. Plus de 280 000 Québécois étaient prestataires de l’assurance-emploi en octobre 2020 (67 000 prestataires en septembre). La transition des personnes bénéficiant antérieurement de la Prestation canadienne d’urgence vers l’assurance-emploi explique ce bond important dans le nombre de prestataires. Les prochains mois détermineront à quel rythme ces prestataires vont effectuer la transition vers un emploi rémunéré sur le marché du travail.

 

Document complet (PDF)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *