MARCHÉ DU TRAVAIL QUÉBÉCOIS : LES EFFETS DU DEUXIÈME CONFINEMENT SE FONT SENTIR

 

Note de recherche (PDF)

En raison du deuxième confinement décrété par le gouvernement du Québec, la situation de l’emploi au Québec en octobre 2020 s’est légèrement détériorée par rapport au mois dernier. Toutefois, la résilience persiste. Les restrictions sanitaires, davantage ciblées qu’au printemps, ne touchent que quelques secteurs de l’économie. Si bien que plusieurs indicateurs demeurent positifs :

  • Le niveau d’emploi observé en octobre 2020 a presque qu’atteint celui enregistré avant la crise (97 % du niveau de février 2020). Ainsi, le Québec se situe au cinquième rang des provinces canadiennes en termes de récupération d’emplois ;
  • À 7,7 %, le taux de chômage accuse une légère remontée en octobre 2020, une situation prévisible avec les nouvelles contraintes. Chez les 25-54 ans, il se situe toutefois à 6,3 % (comparativement à 3,8 % avant la pandémie) ;
  • À 83,5 %, le taux d’emploi des 25-54 ans demeure stable depuis deux mois et se rapproche du niveau observé en février dernier (85,7%). Le taux d’activité de ce groupe a quant à lui égalé le niveau d’avant la pandémie ;
  • Le taux d’emploi des femmes retourne progressivement vers des niveaux observés avant la pandémie ;
  • L’emploi dans la région montréalaise (RMR[1]) a presque atteint son niveau de février, mais il reste encore un manque à gagner ailleurs au Québec ;

Cependant, quelques indicateurs demeurent plus inquiétants :

  • Quelque 207 000 personnes à l’emploi n’ont pas déclaré d’heures travaillées au moment de l’enquête en octobre 2020, comparativement à 140?000 personnes en février 2020. Ce chiffre est toutefois en baisse constante depuis avril dernier ;
  • Le secteur de l’hébergement et de la restauration demeure le plus affecté par les mesures sanitaires : sur le plan de l’emploi, près de 64 % du manque à gagner par rapport à février 2020 provient de cette industrie. Après avoir connu une reprise cet été, le nombre d’emplois a de nouveau chuté en octobre ;
  • Le taux d’emploi des personnes moins scolarisées demeure très volatil. Un deuxième confinement pourrait les affecter davantage à moyen terme ;
  • Le taux de chômage des immigrants demeure plus élevé que celui des personnes nées au Canada.
  • Le nombre de jeunes qui ne sont pas à l’emploi ou aux études est plus élevé qu’avant la pandémie.

 

 

[1] Région métropolitaine de recensement. Pour Montréal, cette région inclut l’Île, Laval, la Rive-Sud et la Rive-Nord.

 

Note de recherche (PDF)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *