COVID-19 et impacts sur l’économie: UN SOUTIEN SERA NÉCESSAIRE POUR INCITER LES ENTREPRISES QUÉBÉCOISES À INVESTIR

La crise de la COVID-19 a créé des conditions très difficiles pour les entreprises du Québec. La récession dans laquelle le Québec et le monde sont entrés est exceptionnelle par son ampleur et la vitesse à laquelle elle est survenue. Plusieurs entreprises ont dû se départir d’employés. D’autres ont annulé des projets.
Déjà plombée avant la crise par un sous-investissement de ses entreprises, l’économie du Québec a besoin d’un coup de barre pour se redresser, et ce redressement passe par une stimulation de l’investissement privé.

Rapport complet ici

Afin de saisir l’effet de la crise actuelle sur les investissements privés, l’Institut du Québec (IDQ) a commandé un sondage à la firme Léger. Celui-ci a été réalisé en juillet auprès de 200 entreprises du Québec, afin de mesurer leurs intentions d’investir et les conséquences de la crise économique. Issues, de plusieurs industries, ces entreprises étaient réparties dans diverses régions du Québec, comptaient des exportateurs et avaient des tailles différentes.

Le résultat le plus probant qui ressort de ce sondage, c’est que, malgré la crise, la rareté de la main-d’oeuvre inquiète toujours autant les entreprises du Québec, et constitue le principal facteur qui explique leurs réticences à investir. Il semble donc que l’accès aux talents demeure un obstacle majeur malgré la présence de nombreux chômeurs.

Le sondage permet également de tirer d’autres constats :

• 54 % des répondants estiment que la crise actuelle a des effets négatifs sur leurs activités.
Cette préoccupation est encore importante chez les exportateurs (57 %);
• 35 % des entrepreneurs interrogés vont réduire ou annuler leurs investissements au cours de la prochaine année, par rapport à ce qui était prévu avant la crise; Ce pourcentage s’ajoute aux 35 % qui n’ont pas prévu investir.
• Ceux qui investiront le feront dans la formation, les TIC, le matériel et l’outillage;
• Les facteurs économiques comme l’incertitude et la baisse de la demande sont des obstacles à l’investissement, mais la rareté de la main-d’oeuvre demeure une des plus grandes préoccupations;
• L’endettement ne semble pas être un problème pour les entreprises;
• Si les prêts et les subventions demeurent importants pour soutenir ces entreprises, répondre à leur demande en main-d’oeuvre l’est tout autant.

L’IDQ propose diverses mesures qui pourraient être mises en place afin de réduire l’incertitude générale et de stimuler les investissements privés :

• Adopter une stratégie d’accès à la main-d’oeuvre afin d’assurer une stabilité dans l’offre de travail;
• Reporter les quotas d’immigration qui n’ont pas été atteints en 2020, aux prochaines années, en addition à ceux qui étaient prévus;
• Annoncer un gel des taxes et impôts d’une durée prévisible;
• Exiger du fédéral l’abandon de mesures comme la prestation canadienne d’urgence (PCU), du moins dans certains secteurs d’activité;
• Maintenir les subventions salariales;
• Augmenter l’accès aux garanties de prêts pour les entreprises du Québec.

Rapport complet ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *